FERDINAND STOCES
"Le ciel pour couverture, la terre pour oreiller - la vie et l'œuvre de Li Po"
Picquier poche.

LI_PO_portrait

Ce livre est à la fois une biographie et une anthologie de Li Taï Po (701-762 av. JC),
grand voyageur et grand poète de la dynastie T’ang,
le plus célèbre poète chinois,
du moins en Occident.

Li Po est né dans les steppes inhospitalières de l’Ouest de la Chine,
dans une région partiellement sous contrôle chinois,
mais régulièrement attaquée par des barbares mongoles.

La famille de Li Po est une famille déclassée :
ancienne famille aristocratique proche de l’Empereur,
elle fut bannie lors d’un changement dynastique,
et contrainte de s’exiler aux confins sauvages de l’Empire.

Plus d’un siècle ayant passé,
la famille de Li Po - à présent famille de marchands –
conditionne Li Po pour restaurer l’honneur et le rang de sa famille,
en accédant à un haut poste mandarinal, au côté de l’Empereur.

C’est le tropisme confucéen du personnage,
attaché au service de l’Empereur et de l’Empire chinois,
respectueux des lois,
attaché à l’organisation juste,
bien que très formellement hiérarchique de la société,
a la recherche de la paix et de l’équilibre politique dans un monde troublé,
dans un monde en guerre perpétuelle...

Il parviendra presque à son but,
à force de longs efforts et d’entregent.
Mais il échouera de peu.

Mais ce qui fait toute la saveur de Li Taï Po, en tant que poète,
C’est son tropisme taoïste et Ch’an (cette branche du bouddhisme qui deviendra le Zen au Japon) ,
son goût pour l’aventure et le combat de sabre,
au point de devenir une sorte de « xia »,
un redresseur de tort,
un chevalier errant au service de la veuve et de l’orphelin,
son goût pour la nature et les longues randonnées à travers les montagnes célèbres de Chine,
sa quête alchimique à la recherche de l’immortalité,
son attirance pour le retrait et la méditation dans les ermitages taoïstes,
à l’écart de la société,
pour les joutes poétiques entre amis,
et son penchant extravagant pour le vin et l’ivresse,
en somme sa liberté indomptable.

Voir aussi le beau texte sur lui de l’un de ses premier traducteur en français, le Marquis d'Hervey-SaintDenys
http://www.afpc.asso.fr/wengu/Tang/Li_Bai.php