f01phho1

Emil Nolde, ses campagnes hallucinées,
irradiée de couleurs flamboyantes,
ses mers agitées de sombres remous,
ses villes babyloniennes décadentes pleines de cabarets inquiétants,
ses scènes religieuses affolées à la sensualité sauvage,
ses visions débridées et fantasmatiques,
balançant entre rêve et cauchemar,
peuplées de femmes pécheresses et de patriarches concupiscents.
Ses "peinture non-peintes",  aux paysages tourmentés,
aux fleurs transfigurées, des visions de rêve…

Je parle plus longuement de cette exposition sur la Fabrique à Brac.
Pour le lire, il faut cliquez .